Fb. In. Tw. Be.

La servitude planifiée


Les dangers du collectivisme

Alors que les gouvernements jouent aux magiciens aux petits pieds de l’économie, en faisant rouler à fond la planche à billets et en s’étant octroyé le pouvoir de vie ou de mort sur les commerces, nous avons presque tous oublié les dangers du collectivisme et de l’économie planifiée.

Comme l’écrivait Stephen Harper dans son livre Right Here, Right Now, nos gouvernements sont devenus des keynésiens détraqués. Non seulement ils croient que c’est le rôle du gouvernement de tripoter l’économie en temps de crises, mais ils pensent maintenant que c’est aussi judicieux de le faire en temps de prospérité.

Hayek : l’antidote

Au 20e siècle, 2 économistes se disputent le haut du pavé de la discipline : Keynes et Hayek. Le premier a amené à ce qui précède alors que le second est en quelque sorte son antidote, son vaccin.

L’idée que l’économie doit être planifiée, controlée, est un mythe. Un mythe nuisible qui transforme tous les individus en moyens pour arriver à la réalisation d’idéaux abstraits et arbitraires : la laïcité, la justice sociale, la juste part…

La route de la servitude

En 1944, Hayek écrit The Road To Serfdom, un essai qui a pour but de démontrer comment le collectivisme et la planification économique rendent les individus esclaves d’un système, d’une méga-machine.

Dans une société collectiviste, l’État hiérarchise les priorités et les revendications.

Ainsi, pour le gouvernement, la loi devient un moyen au service d’une idéologie susceptible de menacer nos libertés, en principe inaliénables.

La grande utopie

Hayek est très clair : nos politiciens sont persuadés qu’ils peuvent avoir le beurre, l’argent du beurre et le cul de la fermière.

Ils croient naïvement (merci à Keynes!) qu’ils peuvent jouer aux collectivistes à l’intérieur d’un système capitaliste sans créer de désastre et brimer les droits individuels.

«There can be no doubt that most of those in the democracies who demand a central direction of all economic activity still believe that socialism and individual freedom can be combined. Yet socialism was early recognized by many thinkers as the gravest threat to freedom.»

Ce podcast est donc une invitation à «penser en dehors de la boîte» et une introduction au livre de Freidrich A. Hayek The Road To Serfdom, une oeuvre et un auteur plus que jamais actuel.





AUTRES PODCASTS DU DÉDÔMISEUR:
Post a Comment