Fb. In. Tw. Be.

Vous avez dit antifa ?


La violence après la tragédie

La mort de George Floyd, suite à l’intervention du policier Derek Chauvin, un abruti de 44 ans qui avait à son actif 18 plaintes pouvant mener à des mesures disciplinaires, est une tragédie.

Je vais être clair : si vous me demandez mon avis, si l’enquête démontre que le traitement fait à cet homme l’a été en raison de sa couleur de peau, Chauvin peut bien pourrir en prison pour le reste de ses jours et les gens qui l’ont laissé en place avec.

Cela étant dit, plutôt que de regarder du côté de la ville de Minneapolis – en direction son maire démocrate de surcroit – afin de demander pourquoi cet homme était encore en poste? Je remarque qu’une partie des manifestants ont préféré défoncer des vitres de commerce, agresser des policiers, lancer des briques à des civils venus manifester pacifiquement et même déféquer sur des installations policières…

Travailler pour le bien… masqué !

Il y a toujours quelque chose d’étrange lorsque l’on ressent le besoin de se masquer pour accomplir des bonnes oeuvres. Non ?

N’est-ce pas là la preuve que l’on a inconsciemment la certitude que ce que l’on fait est mal ?

antifas respectant la distanciation sociale

Sur le site de International Antifa, on peut voir qu’ils ne se cachent même pas quant à l’usage de la violence

Ils en font même des gifs !

Un Antifa expliquant calmement que la haine c’est mal
Une contradiction n’attend pas l’autre

Dans ce podcast je retrace les origines et les fondements du mouvement Antifa.

Je démontre à l’aide d’exemples que ses portes-étendards n’en sont pas à leur premières conneries.

D’abord, la logique n’est pas leur fort.

Au fond, être raciste c’est quoi ?

C’est prendre un ou deux cas isolés de comportements qu’on assigne à une origine ethnico-culturelle pour en faire une loi universelle.

«Cet italien est dans la mafia, donc tous les italiens sont des crosseurs.» En gros, c’est la mécanique.

Les antifas prétendent lutter contre ça. Parfait.

Or voici ce qu’on peut voir sans arrêt dans leurs manifestations


«UN policier attaque stupidement un homme d’origine afro-américaine, donc LA culture des policiers est raciste et violente et TOUS les policiers sont mauvais, parce que racistes et violents».

Ça ressemble pas mal à la mécanique de raisonnement du raciste que vous prétendez combattre !

Attaquer ceux qu’on prétend défendre ?

En 2017, le militant et journaliste conservateur Milo Yiannopoulos est invité par l’Université de Berkeley pour une conférence.

Des militants antifascistes se rendent sur place.

Encore une fois : les casseurs s’emparent de la manif et font pas loin de 100 000 $ de dommage notamment en lançant des cocktails molotov et en brisant des fenêtres. 

Le New-York Times est sur place et s’entretient avec Mr. Lawrence, un militant : «I’m 5 feet 2. I know what my assets are in this movement, and being able to throw down physically isn’t one of them.” His role: “There’s power to being a body in the mass.»

Autrement dit, si Lawrence était plus grand et plus courageux, il serait là pour agresser physiquement Milo, parce qu’il ne veut pas de fascistes et de nazis sur son campus.

Le problème c’est que Milo Yiannopoulos est un britannique d’origine grec, de confession juive et ouvertement homosexuel !

Autrement dit, dans la tête de certains de ces antifas, un américain blanc peut s’en prendre physiquement à un immigrant homosexuel juif et se dire anti-nazi et anti-fasciste, à condition que ce dernier soit républicain, conservateur ou libertarien ?

On aura décidément tout entendu.

Manifester son désaccord passifiquement

On peut être de droite, on peut être de gauche. On peut trouver qu’un gars comme Milo Yiannopoulos est un épais ou encore qu’il exagère souvent (ce qui est mon cas), mais il me semble qu’il devrait être impossible de se dire anti-faciste et d’agresser des gens.

Ce podcast entend dénoncer toute forme de violence.

Qu’elle soit de droite, de gauche, anti-faciste ou fasciste, communiste ou conservatrice, la violence est mal.





AUTRES PODCASTS DU DÉDÔMISEUR:
Post a Comment