Fb. In. Tw. Be.

Hydro a des comptes à rendre

Si on en croit Hydro-Québec, divulguer les factures de transport qu’elle rembourse à ses employés risquerait de « nuire de façon substantielle à sa compétitivité. »

Pour vous mettre en contexte, il y a maintenant un peu plus d’un an, des journalistes ont découvert que les frais de déplacement montaient en flèche chez Hydro-Québec, avec une croissance de neuf pour cent par rapport à l’année précédente.

Si Hydro-Québec tentait de nous rassurer qu’il n’y avait aucun gaspillage là-dedans, et que ces 58 millions de dollars étaient une bonne affaire pour les contribuables québécois, on n’a pas cru bon les prendre au bas mot.

C’est donc ainsi qu’il y a un an, la Fédération canadienne des contribuables envoyait une demande d’accès à l’information à Hydro-Québec, visant à obtenir les « pièces justificatives utilisées pour réclamer des remboursements pour frais de déplacement au cours de l’année 2018. »

Jusque-là, il n’y a rien d’anormal. Chaque année, la FCC envoie quelques milliers de demandes d’accès à l’information à une panoplie d’organismes gouvernementaux à travers le pays, et fouiller dans les factures justifiant les dépenses de déplacement est un exercice que nous faisons régulièrement.

Quelques semaines plus tard cependant, Hydro-Québec a envoyé un refus complet en guise de réponse, utilisant une panoplie d’articles différents de la Loi sur l’accès aux documents afin de justifier son refus.

Parmi les exemptions utilisées, Hydro-Québec réclamait notamment que publier ces factures risquerait de « communiquer le secret industriel d’un tiers » ou encore « nuire de façon substantielle à sa compétitivité. »

À moins que les factures de billets d’avion d’Hydro-Québec ne soient particulièrement différentes des nôtres, ça sent la foutaise.

On a donc décidé de suivre les procédures et de faire une plainte auprès de la Commission d’accès à l’information du Québec, qui a lancé son enquête.

La Commission a donc envoyé une première lettre à Hydro au mois de novembre dernier pour obtenir davantage de précisions. La lettre est restée sans réponse.

Aujourd’hui, un an plus tard, on en est à la troisième lettre que la Commission envoie à Hydro-Québec, et le dossier ne semble toujours pas avoir débloqué.

Un an d’attente, ça se célèbre!

Si Hydro-Québec ne semble pas vouloir nous répondre lorsqu’on utilise les canaux officiels, peut-être qu’en leur envoyant un gâteau, devant un groupe de journalistes, on réussira à attirer leur attention.

Et c’est exactement ce que nous avons fait cette semaine : nous avons été livrer un gâteau au siège social d’Hydro-Québec afin de célébrer le premier anniversaire de notre demande d’accès à l’information.

Si l’initiative se veut être un peu taquine, le problème qu’elle dénonce est très sérieux.

L’accès à l’information est l’un des rares mécanismes dont les citoyens et citoyennes disposent pour tenir leurs organismes gouvernementaux imputables de leurs actes.

C’est grâce à des demandes faites en vertu des diverses lois sur l’accès à l’information que les journalistes d’enquête et les groupes tels la Fédération canadienne des contribuables peuvent mettre au jour certaines des dépenses les plus ridicules de nos organismes gouvernementaux.

Qu’Hydro le veuille ou non, nous n’avons pas l’intention de lâcher le morceau. Les contribuables sont en droit de se poser des questions sur la gestion de leurs sociétés d’état, et la loi est ainsi faite qu’ils ont des comptes à nous rendre.

Tant qu’ils ne le feront pas, ça va nous faire plaisir de le souligner, avec un gâteau, sur la place publique, chaque fois que cela s’avérera nécessaire.

Écoutez le segment de Ranaud Brossard avec Jeff Fillion à RadioPirate

Comments
  • Josef Goebells

    Gare ❕⚠️en 2021, à une possible augmentation de tarifs de l’Hydro-Québec , car dans un bâillon l’an passé, le gouvernement caquiste a soutiré au joug de la Régie de L Énergie le contrôle des tarifs modulations de la société d’État. C’est dû Bureau du premier-ministre Legault, où se jouera les règles du jeu pour l’avenir de votre facture. Sophie Bérubé, en pleine face à Guy A. Lepage & son fou du roi Turcotte sur Radio-Canada, a, bel bien dite qu’elle n’est pas favorable aux baisses de prix de l’électricité, arguant que l’on avaient les meilleurs tarifs au pays .

    Là Tour de Babel avec encore des cachoteries du panier percé chez Hydro. peine perdue.

    September 10, 2020
Post a Comment