Fb. In. Tw. Be.

Contrepoids faible = Le gouvernement à la voie libre

Le code de déontologie de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec est clair: les informations d’intérêt public doivent circuler librement et en tout temps. Les faits et les idées doivent pouvoir être communiqués sans contraintes ni entraves. Les journalistes ont le devoir de défendre la liberté de presse et le droit du public à l’information, sachant qu’une presse libre joue le rôle indispensable de chien de garde à l’égard des pouvoirs et des institutions. Ils combattent les restrictions, les pressions ou les menaces qui visent à limiter la cueillette et la diffusion des informations et les journalistes servent l’intérêt public et non des intérêts personnels ou particuliers. Comment expliquer que presque la totalité des journalistes bafouent l’ensemble des règles et des devoirs régissant leur profession?

Le pouvoir des médias est de faire le contrepoids surtout en temps difficile où les libertés civiques peuvent être menacé. Dans plusieurs pays autoritaires, la question est de savoir si la liberté d’informer est en danger tandis qu’au Québec les médias semblent partenaire avec les gouvernants. Cette crise de l’éthique journalistique est sûrement le résultat d’une dépendance monétaire, les millions de dollars pleuvent pour maintenir en vie les emplois. En résumé, les politiques ont fait taire le peuple.

Post a Comment