Fb. In. Tw. Be.

COVID: Les québécois accros aux mesures restrictives

« Gouverner c’est prévoir » dit l’adage. Plus qu’aucun autre premier ministre que Robert Bourassa a montré un intérêt pour les sondages et autres instruments pour avoir le pouls de la population. Pour le Québec c’était à l’époque le début de l’ère de la gouvernance par les sondages. Bourassa voulait toujours éviter de prendre position pour ne pas perdre un segment de l’électorat, écrivait le journaliste Julien Brault, qui a publié une biographie de l’homme politique.

La politique est un sport ou le désire de vouloir se faire réélire est plus important que la destinée des citoyens. Mais le danger réel pour la population c’est quand les sondages sont utilisés par d’autres décideurs. Nous avons tous eu des frissons quand le directeur de la santé publique du Québec, Horacio Arruda a lancé cette phrase en conférence de presse le 11 mai 2021 ;

“Beaucoup de gens considèrent que le couvre-feu est encore un élément important et certains même pensent que les mesures ne sont pas assez restrictives” au sujets des sondages menés par l’INSPQ auprès des Québécois. Si les sondages peuvent être contestés, savoir que les décisions les plus importantes du moment pour la Covid 19 sont prises grâce à des sondages il y a de quoi avoir peur. La santé publique met de coté la science pour une méthode statistique contestable.

INSPQ: Sondages sur les attitudes et comportements des adultes québécois

Post a Comment