Fb. In. Tw. Be.

L’Apartheid vaccinal

Apartheid, d’abord. Le mot vient du français “à part” et signifie “séparation” en afrikaans, la langue des Afrikaners. Certains spécialistes affirment qu’il a été utilisé pour la première fois en 1917 dans un discours. Il s’agit d’une politique de développement pour séparer des populations en fonction de critères ethniques et linguistiques, dans des zones géographiques choisies. Une politique profondément raciste de classification, démantelée en 1991 par le président Sud-Africain Frederik de Klerk avec la libération du chef du Congrès National Nelson Mandela. Les générations contemporaines ont beaucoup à apprendre de cette période de l’histoire, ne plus jamais avoir, d’une façon que se soit, deux catégories de citoyens.

La première chose à apprendre c’est qu’il faut tout faire pour défendre les droits civiques et sociaux. Personne sur le globe, même en 2021, n’est à l’abris des dérives des politiciens. Jeudi le 8 juillet 2021 on a eu la preuve avec la conférence de presse du ministre de la santé du Québec. En cas d’éclosion de Covid 19 dans un secteur, des “privilèges” pour des activités et services pourraient être donnés aux personnes adéquatement vaccinées! Un passeport vaccinal sera demandé aux clients de restaurants par exemple, ou bien pour faire certains sports.

Mais où cette politique peut s’arrêter? N’oublions pas qu’en Afrique du sud, plages et piscines étaient réservées aux blancs! Pour l’heure c’est les services dit “non-essentiels” qui sont visés mais le gouvernement Caquiste peut facilement pousser l’idée plus loin, se servir du décret sanitaire comme dirigisme économique ou encore, supprimer certains services à une tranche de population catégorisé comme parias.

Avec l’arrivée du passeport vaccinal, le gouvernement Québécois divise la liberté en deux, quitte à supprimer les droits fondamentaux.

Post a Comment